Le pitch


DA/DA, créée en 2016 par la designer Diane Ducasse, est une marque Française de prêt-à-porter haut de gamme féminin, inspirée du vestiaire d’homme avec des touches japonisantes. Elle est distribuée à travers 3 canaux : retail, eshop et wholesale. La marque fonde sa stratégie sur une différenciation ciblée avec une démarche éco-responsable, des matières premières exclusivement naturelles et issues d’artisans Européens et une production parisienne.


Quel est votre unfair advantage, ce quelque chose que vos concurrents ne possèdent pas, qui n'est pas facile à copier ?


Je pense que DA/DA se démarque d’abord par son univers fort et personnel, cet esprit décalé, coloré, ludique et nonchalant mit en opposition avec un vestiaire masculin, classique et intemporel. Le travail important des coupes, pour un confort dans l’élégance et pour obtenir plusieurs portés avec un même vêtement, fait également de DA/DA une marque unique. Son costume croisé iconique a souvent été imité, jamais égalé (haha) !

Quels sont les grands milestones / dates clés de votre société ?

- Août 2016 : Première parution presse (Madame Figaro).
- Octobre 2016 : Ouverture du premier popup store et première vente wholesale (au Japon).
- Septembre 2017 : Lauréate du concours Designer’s Apartment de la Fédération de la Haute Couture.
- Septembre 2018 : Lauréate du concours Talents de la Fédération du prêt-à-porter féminin français.
- Février 2019 : Signature avec le Bon Marché et Présentation Fashion Week chez le décorateur Vincent Darré.
- Février 2021 : Collaboration surprise à venir !


Donnez-nous quelques chiffres clés ?
En 3 ans et demi, DA/DA c’est :

- Une forte communauté Instagram = près de 16K
- 7 collections produites et 9 présentées
- 260 références produites
- Un taux d’écoulement moyen = 75% de la production
- Un taux de ventes RETAIL = 65% de mon CA (35% en wholesale)
- Un taux de ventes à l’Export = + de 40% des ventes eshop en 2019
- Un taux de retours = 1,7% des ventes globales depuis la création
Quel est votre objectif à 5 / 10 / 20 ans ?


J’ai beaucoup d’envies et d’objectifs à atteindre pour DA/DA. Ce qui me tient particulièrement à cœur c’est de maintenir la tendance de la « slow fashion » par la création de produits intemporels et durables et de poursuivre toujours plus notre stratégie d’éco-responsabilité avec notamment l’utilisation de matières bio et upcyclées.


Ensuite j’ai la volonté de faire rentrer un associé et/ou un investisseur dans la société afin de la développer plus fortement et de m’éloigner personnellement de l’administratif pour avoir plus de temps à consacrer à la création. Cela me permettra de développer des collections capsules, homme, déco, chaussures, etc, ainsi de faire de plus en plus de collaborations avec d’autres marques et d’autres artistes que j’aime.

Enfin au niveau commercial, j’ai le projet d’ouvrir une boutique en propre d’ici 1 an à Paris. À plus long terme, je rêve d’ouvrir une boutique au Japon ; pays qui m’inspire au quotidien. J’aimerais également développer une quinzaine de points de ventes stratégiques en France et à travers le monde, tout en maintenant un lien privilégié avec ma clientèle.

DA/DA doit devenir la marque « créateur » de référence pour un vestiaire décontracté chic, intemporel, éthique et dont le best seller est le tailleur !


Parlons Branding et DA ! Comment définiriez-vous votre ligne artistique ? Et comment cela se traduit-il dans votre DA, votre produit ?


L’image de DA/DA est très importante dans l’ADN de la marque ! Il est primordial pour nous de raconter une histoire à chaque collection, c’est pourquoi nous travaillons beaucoup sur les lookbooks des campagnes en nous entourant de photographes, stylistes photo/directeurs artistiques et mannequins qui partagent notre univers décalé et qui l’amènent même encore plus loin.



Nous recréons cette ambiance ludique, colorée et libre sur notre instagram ou encore au travers de la décoration de notre showroom/appartement. L’inspiration principale du dadaïsme et de ses maîtres y est constamment présente (Dali, Miro, Calder, Delaunay, Matisse, Fernand Léger, Frida Khalo, Le Corbusier et tant d’autres).

Cela se traduit dans le vestiaire DA/DA par pas mal de contradictions, d’oppositions : femme vs homme, nonchalant vs structuré, élégant vs non sophistiqué. Cette liberté se traduit également par des finitions bords francs, des nouages et plusieurs portés pour un unique vêtement.

Nous essayons de faire du moderne avec de l’intemporel.


Design et produits - Comment veillez-vous à créer les meilleurs produits possibles ? Tant en matière de design que de durabilité du vêtement ?


C’est vraiment une priorité chez DA/DA de créer des coupes modernes mais intemporelles, confortables mais élégantes, facile à porter au quotidien mais avec un vrai effet visuel.


Pour mettre au point cette durabilité et cette qualité de coupe, nous faisons tout d'abord appel à des modélistes extérieurs en qui j’ai entièrement confiance, puis je passe beaucoup de temps dans mes ateliers parisiens pour mettre au point les créations. Je vérifie personnellement chaque détail au millimètre près avant de valider un modèle que j’ai auparavant imaginé, rêvé, dessiné. J’ai la chance d’avoir eu une formation de styliste-modéliste au Studio Berçot qui me permet de comprendre les problèmes de patronages et de montage lors de la confection des modèles.

Le choix et la traçabilité des tissus joue également un jeu primordial dans le rendu d’un produit, c’est pourquoi nous nous fournissons chez les meilleurs : Italie pour les laines et les lins et Angleterre pour les cotons et velours.

Nous sommes également très à l’écoute des retours clients que ce soit les acheteurs des boutiques qui nous revendent que nos clients directs avec qui nous sommes en interaction au quotidien.


Quels outils avez-vous mis en place pour gérer votre production ? Quelles sont les forces et faiblesses de ces outils ?


Nous sommes vraiment une petite société qui n’a pour le moment pas de salarié en interne. Nous travaillons avec les prestataires extérieurs et les stagiaires directement par Mails, Dropbox, Wetransfer, AirDrop et WhatsApp. En interne nous faisons tous nos fichiers (plans de collection, fiches techniques) sur Excel et InDesign que nous transférons aux ateliers.


Un des nombreux avantages de la production locale est bien entendu la proximité et la facilité de réactivité de chacun. C’est ce qui nous avait notamment manqué lors de notre toute première production qui se trouvait au Portugal.


Aujourd’hui nous réfléchissons à l’opportunité d’intéresser un atelier français au capital de la société pour travailler encore plus main dans la main.


Maintenant, parlons acquisition ! Quels sont les 3 canaux marketing les plus performants pour vous ces 12 derniers mois ? Pourquoi ?

1. L’organisation de Popup store : seul ou avec plusieurs marques, en France ou à l’étranger, cela nous permet réellement d’élargir notre fichier clients et de nous faire connaître plus largement. Le contact avec le client est direct et humain, une chance de mieux connaître les besoins et envies des potentiels clients.


2. Instagram : nous n’utilisons pas vraiment les sponsoring pour le moment ce qui fait de cet outil un moyen totalement gratuit de faire connaître notre univers à un plus large public et de maintenir le lien et l’échange de manière instantanée.

3. Présentation presse : nous avons organiser avec notre bureau de presse, un événement assez fou pendant la FashionWeek de Paris en Mars 2019 dans le showroom de mon ami décorateur Vincent Darré, sous forme de tableau vivant pour présenter notre nouvelle collection Automne-Hiver 2019. Cela nous a permis d’obtenir beaucoup de retombées médiatiques et d’avoir de sublimes visuels de nos vêtements mis en scène.

Quel est le hack marketing dont vous êtes le plus fière ? Et pourquoi ?


Je ne comprends pas bien le terme hack marketing, du coup j’aimerais remercier ici des personnes que j’ai la chance d’avoir rencontrées durant mon parcours professionnel, des personnes extrêmement talentueuses qui m’ont beaucoup inspirées et soutenues et que je peux compter parmi mes amis de cœur. Ines de la Fressange et Vincent Darré en font partie et sont présents à toutes les étapes de DA/DA en soutien comme des parrains/marraines. Ils sont ma bonne étoile depuis le premier jour. Je suis très fière de faire partie de leur vie.


Pouvez-vous décrire le projet growth/marketing le plus important de 2020 dans l’atteinte de vos objectifs ?


Notre gros chantier de 2020 en terme marketing est de refaire complètement notre site internet afin d’améliorer l’expérience client, c’est indispensable aujourd’hui et encore plus avec la crise sanitaire mondiale que nous subissons.

Quelle est votre North Star metric ? Pourquoi cet indicateur est-il si important ?


Cet indicateur est chez nous tout simplement les messages de nos clients dès la réception de leurs produits. Nous recevons des messages extraordinaires, vraiment touchants et personnels. Nous avons un taux de retour extrêmement bas, d’1,7% depuis le début de notre activité. Cette satisfaction des clients est ce qui donne un sens à ce que nous faisons tous les jours !

Comment intègres tu la RSE dans ton business?


Je pense que gérer une entreprise c’est comme gérer sa vie. On a des responsabilités et des devoirs.


La mode étant un des secteurs les plus polluants, nous travaillons au quotidien pour créer de manière responsable : fabrication parisienne, tissus naturels italiens et anglais, réutilisation des tissus (upcycling) et des emballages, tri imposé au bureau, sensibilisation de nos ateliers aux règles environnementales, durabilité de nos produits, etc.



Du point de vue social, les bonnes conditions de travail exigées font partie intégrante du cahier des charges que nous envoyons à nos fournisseurs. En interne, mes stagiaires sont vraiment considérés comme des binômes, elles ont de vraies responsabilités et participent à absolument tout le développement de la marque.


Logistique - Quels outils utilisez-vous pour votre logistique, la gestion des flux de marchandises et des flux d’information ? Quelles sont les forces et faiblesses de ces outils ?

Notre site actuel fonctionne avec Wordpress. Nous utilisons Boxtal pour les envois de colis eshop, ce qui nous permet de proposer de meilleurs prix et des choix de transport variés à nos clients. Ce service nous garantit en plus un suivi client en envoyant directement un mail au client en lui donnant toutes les informations nécessaires sur le transport.


En ce qui concerne les moyens de paiements, nous proposons en ventes directes le TPE bancaire classique et SumUp. Pour les ventes eshop, les clients ont le choix entre PayPal et Stripe. Les commissions sont différentes en fonctions des outils, par exemple Paypal a un taux de commission plus élevé mais permet des ventes en Chine contrairement à Stripe.

Aujourd’hui, nous aimerions trouver un outil qui nous permette d’automatiser le suivi du stock de ventes retail en physique avec celles via notre e-commerce.


Quels outils utilisez-vous pour assurer un service client de malade ? Quelles sont les forces et faiblesses de ces outils ? Que faites-vous quand un client est déçu par votre produit ?



Comme je le disais, nous sommes une équipe très réduite puisqu’au quotidien je travaille seule avec une stagiaire qui m’assiste sur tout. Concernant le service client, j’ai un rôle très important puisque je connais mes client(e)s depuis le début, j’ai pu tisser un lien durant ces quasiment 4 années et cela me permet de comprendre plus facilement leurs besoins. Pour les nouveaux client(e)s, je prends plaisir à les découvrir et à leur faire découvrir notre univers.


Je leur réponds directement par mail, texto, téléphone ou Instagram pour les conseiller sur un modèle qu’ils (nous avons une petite clientèle masculine) ou elles souhaitent acheter, pour donner des mesures, pour envoyer des photos supplémentaires, pour conseiller sur un volume par rapport à une morphologie, etc. Nous construisons un lien très proche et personnel avec notre clientèle que ce soit virtuellement (réseaux sociaux, eshop) ou directement dans notre showroom appartement ou en popup store.



Lorsque les client(e)s viennent sur rendez-vous à notre showroom situé dans le 6ème arrondissement de Paris, c’est un essayage privilégié entre le/la client(e) et la créatrice que nous leur proposons. Nous prenons vraiment le temps de trouver les pièces qui leur iront le mieux et qu’ils/elles porteront réellement ! Je ne laisse jamais partir un(e) client(e) avec une pièce qu’il/elle laissera dans son placard.

Je pense que ce sont toutes ces raisons qui font qu’on a un taux de retour si faible sur du prêt-à-porter et que les client(e)s déçu(e)s sont rares. Notre politique d’échange et de retour est également relativement souple, car en tant que designer je souhaite vraiment que les vêtements vivent et qu’ils aient une histoire dans le vestiaire de chacun. Il n’y a rien de plus flatteur que de croiser des personnes portant nos vêtements dans la rue ou quand nos client(e)s viennent au showroom habillés en DA/DA.

C’est un rôle que je prends très à cœur et que j’aime beaucoup, cependant cela est consommateur de temps, mais ça vaut le coup !


Parlons compta ! C'est pas glam mais c'est important... Quels sont vos outils et process pour en faire un truc facile et plaisant ? Quelles sont les forces et faiblesses de ces outils ?


Un cabinet comptable nous accompagne, nous partageons mensuellement l’ensemble des documents de manière dématérialisée par Dropbox (économie de papiers considérable).

Nous profitons d’ailleurs du confinement pour mettre en place un outil de suivi de l’activité encore plus précis afin d’avoir une vision en temps réel de l’ensemble des indicateurs de performance et ainsi piloter encore plus finement l’activité.

Team building / Management - Comment choisissez-vous vos collaborateurs ? Quel est votre processus d'onboarding ?


Pour le moment, la structure DA/DA fonctionne avec une stagiaire et des prestataires externes.


J’aimerais à moyen terme, trouver "une perle" pour la partie marketing/communication et un bras droit pour toute la partie gestion du business.



Jusqu’à présent j'ai eu la chance que la plupart de mes collaborateurs soient venus à moi par rencontres surtout, par candidatures spontanées, par Instagram ou par l’entourage. Il m’arrive également de déposer des annonces sur Fashionjobs.

Les profils que j’aime sont dynamiques, travailleurs, curieux, positifs, bienveillants, polis, avec de l’humour, ouvert d’esprit, honnête et avec une identité affirmée et un goût personnel.

Organisation personnelle - Quels sont les outils que vous utilisez / process de productivité que vous avez réussi à intégrer à votre routine quotidienne ?


J’ai une routine assez simple et remplie d’imprévus ! Le matin : traitement des mails. L’après-midi : opérationnel et rendez-vous. Le lundi : point avec mon assistante sur la répartition des tâches pour la semaine.


J’essaye également de me tenir à un planning prévisionnel des événements à venir et j’aimerais m’imposer une méditation matinale quotidienne pour mieux appréhender les journées souvent très intenses.

De quelle façon un échec ou prétendu échec vous a-t-il préparé pour une réussite ultérieure ? Quel est votre « meilleur raté » ?


C’est peut être un peu loin de la question mais ce qui me vient immédiatement en tête est la situation actuelle que nous vivons tous sur cette planète : la crise sanitaire due au coronavirus. Elle nous montre de manière extrêmement violente les nombreuses erreurs de l’humanité.


Je vis cette situation planétaire de confinement total comme un échec personnel et humain. Nous faisons subir depuis des décennies à la Nature notre façon de vivre égoïste et autocentrée. Je pense et j’espère du fond du cœur que cette épreuve va remettre en question nos habitudes pour préserver notre environnement. La Nature a repris ses droits à une vitesse inouïe, il ne faut pas juste s’émerveiller mais agir pour arrêter de la faire souffrir.


Cette prise de conscience et ce changement est indispensable. Heureusement que la Nature n’est pas rancunière, elle nous dévoile son immense beauté à l’instant même où nous arrêtons de la polluer !Pour moi c’est un échec planétaire qui doit devenir une réussite collective.

Avez-vous une curieuse habitude ou une chose inhabituelle que vous adorez ?


Il semblerait que mes petits déjeuners ne sont pas habituels… Moi j’en raffole ! Tartines d’houmous/avocat et de fromage/confiture !

Au cours des 5 dernières années, quels nouveaux comportements, croyances ou habitudes ont le plus amélioré votre vie ?


J’ai découvert le yoga kundalini il y a 1 an grâce à ma sœur, ça a été une vraie révélation et un changement de vie pour moi.


Quel conseil donneriez-vous à un aspirant entrepreneur ?


Être courageux, patient, travailleur, et si possible se lancer au moins à 2.


Lorsque vous vous sentez submergée ou déconcentrée ou que vous avez temporairement perdu votre objectif de vue, que faites-vous ?


Je pars me ressourcer chez moi au pays basque.


Last but not least, qui souhaiteriez-vous entendre dans mon podcast ?


Je rêverais de lire l’interview de Christophe Lemaire que j’admire énormément !

Aller plus loin : EDLM SCHOOL