La Newsletter de Entreprendre dans la Mode đŸ”„: Les ClĂ©s du SuccĂšs de Imparfaite Paris

Migniature-Camille-Gabbi.gif

Hello,

Cette semaine, je reviens sur ma conversation avec Camille Gabbi, la co-fondatrice avec Ariane Valigny de Imparfaite Paris.

Imparfaite est une marketplace professionnelle spĂ©cialisĂ©e dans la vente de vĂȘtements et accessoires vintage. Sa mission : dĂ©mocratiser le vintage et ĂȘtre une alternative Ă  la fast-fashion en le rendant simple et accessible.

Ce que vous apprendrez dans cet e-mail :

🍚 Les erreurs Ă  Ă©viter quand on se lance
🍚 Comment appliquer la mĂ©thode Lean startup Ă  votre marque
🍚 Comment apprendre à entreprendre
🍚 Les ingrĂ©dients d’une association rĂ©ussie
🍚 La liste de lecture que Camille ne partage qu’avec son Ă©quipe

Sans plus attendre, découvrons les clés du succÚs de Camille et Ariane. Bonne lecture !

1. Cultiver le mindset entrepreneurial

Les entrepreneurs ont des super-pouvoirs :

âšĄïž Une rĂ©silience de malade
âšĄïž Une puissance de travail hors-norme
âšĄïž La facultĂ© de savoir bien s’entourer
âšĄïž Une foi contagieuse en eux et en leur projet
âšĄïž La capacitĂ© Ă  dĂ©velopper plein de nouvelles compĂ©tences

La bonne nouvelle, c’est que ça s’apprend !

Camille, elle, a accĂ©lĂ©rĂ© son apprentissage avec Jean de La Rochebrochard, partner principal de Kima Ventures, le fonds d’investissement de Xavier Niel.

Elle a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©e parmi un millier de candidats pour intĂ©grer leur NoMBA, une formation Ă  l’entrepreneuriat. C’est au cƓur de startups parisiennes et au contact d’autres entrepreneurs qu’elle a dĂ©veloppĂ© ses compĂ©tences et son mindset entrepreneurial.

OK, mais comment faire si on n’a pas eu la chance de faire le NoMBA ?

Camille suggĂšre quelques outils :

🛠 Sa liste de lecture, que vous trouverez à la fin de ce mail

🛠 Koudetat : formation en ligne gratuite, une mine d’or d’informations

🛠 Station F : confĂ©rences et accompagnement Ă  Paris

🛠 Le wagon : pour apprendre à coder

🛠 Le Medium de Jean de La Rochebrochard : il explique par exemple slide par slide ce qu’il faut Ă©crire sur son pitch deck —> prĂ©sentation de son projet pour les investisseurs notamment

Sinon, quand Camille veut se former sur un sujet, elle applique la méthode suivante :

  1. Elle identifie un challenge
  2. Elle Googlise le sujet Ă  fond : les 3 premiĂšres pages
  3. Elle commande sur Amazon les 3 bouquins références
  4. Elle appelle les 3 mecs qui font rĂ©fĂ©rence dans l’éco-systĂšme

La maniùre la plus efficace restant selon elle d’aller taper à la porte des gens qui savent.

Et pour les trouver ?

Appelez les gens que vous connaissez et demandez une intro, c’est que du rĂ©seau.

Sinon, les contacter directement sur LinkedIn. C’est hyper rare qu’ils refusent une conversation par tĂ©lĂ©phone parce qu’ils ont Ă©tĂ© dans la mĂȘme situation Ă  un moment, ils s’en souviennent et sont hyper contents de rendre la pareille.

2. Tester son idée avant de se lancer

Une des leçons que Camille a retenu de son NoMBA, c’est qu’il ne faut surtout pas partir en production sans avoir testĂ© qu’il y ait un dĂ©bouchĂ©.

Il faut confirmer ses hypothÚses, tester son idée avant de se lancer.

Au dĂ©part, sa logique pour monter une boite aurait Ă©tĂ© de faire faire un prototype Ă  une usine, de lui commander 15 000 piĂšces et d’essayer de les Ă©couler aprĂšs, au risque de se retrouver avec le stock sur les bras. Au risque de s’endetter et d’y laisser des plumes.

Voilà comment Camille s’y prendrait plutît pour tester son produit rapidement :

Faire un logo

Avoir 2 / 3 prototypes de ses fringues

Les mettre sur un joli site (CMS comme WordPress)

Faire un joli shooting avec un mec qui a une super gueule et une jolie vidéo

Les mettre sur Facebook

Mettre un bouton précommande vers Ulule ou Kiss Kiss Bank Bank en disant que ce sera livré dans 3 mois, voir si ça prend, et si ça prend le faire, sinon rembourser

Mettre un chat comme Crisp et commencer à parler avec sa cliente, essayer de savoir ce qu’elle aime, ce qu’elle n’aime pas, et prendre un max d’infos pour construire le produit qu’il lui faut

3. Test & Learn

« Chez Imparfaite, notre logique, Ă  l’origine, Ă©tait de dire : il faut que nous ayons un design incroyable parce que notre site doit ĂȘtre beau, que l’expĂ©rience cliente soit rĂ©ussie, sinon nous ne serons pas capables de convertir notre cliente. Et cela va Ă  l’inverse de la logique startup qui est : surtout, tu n’attends pas d’avoir un produit fini, surtout, tu lances ton produit le plus vite possible parce que ça va te permettre d’avoir du Feedback client, qui te permet du coup d’amĂ©liorer ton produit en fonction de ce qui est vraiment important pour ta clientĂšle »

Et c’est ce qu’elles ont fait. Elles n’ont pas attendu d’ĂȘtre prĂȘtes pour se lancer. Retour sur les premiĂšres Ă©tapes :

Achat de 50 piĂšces de vintage

Publication sur Facebook disant qu’elle Ă©taient en train de monter une marketplace de vintage, qu’elles voulaient dĂ©mocratiser le vintage pour en faire une alternative au fast-fashion. Leurs copines ont re-postĂ©, leur offrant ainsi un bon reach

CrĂ©ation d’un shop Facebook

Toutes les piĂšces sont vendues en 4h !

Puis idem : 100 piĂšces vendues en 5h !

Les clientes leur demandent de mettre leurs fringues sur cintres, leurs demandent des looks, des inspirations, ce qu’elles font

Elles se mettent sur Shopify et font faire un logo

Shootent 45 looks

Tous vendus en 5 mn !

Puis, petit à petit, elles convainquent des vendeurs de leur donner des piùces pour qu’elles les vendent sur leur site : 5 mecs, puis 10, puis 35 !

Depuis, Ariane et Camille n’ont fait que croĂźtre. Elles ont levĂ© plusieurs centaines de milliers d’euros et sont en train de dĂ©velopper leur propre site.

4. L’association (im)parfaite

Ariane et Camille se sont rencontrées en prépa puis ont chacune fait une école de commerce.

Ariane a ensuite Ă©tĂ© chef de projets chez Lanvin et YSL. Camille s’est occupĂ©e du dĂ©veloppement produits chez YSL et du dĂ©veloppement business chez L’OrĂ©al et Urban Decay.

Leurs profils sont trÚs complémentaires : Ariane est douce, minutieuse et porte une grande attention aux détails. Camille, elle, est pushy et aborde chaque situation avec une vision globale.

Ariane, c’est la crĂ©a, l’expertise mĂ©tier, la direction artistique. C’est elle qui gĂšre l’image, qui maĂźtrise le mĂ©tier et sĂ©lectionne les fringues.

Camille, c’est la partie business, marketing et digital.

Une fois la direction donnĂ©e, chacune prend ses dĂ©cisions sur ses sujets. L’autre n’a pas de droit de regard. Elles se font confiance.

Il y a plein de choses dont l’autre n’est pas au courant et tant mieux. Ainsi, pas de perte de temps, pas d’encombrement.

Au point que les investisseurs n’ont jamais rencontrĂ© Ariane ! Sa partie, c’est le terrain. L’important, c’est qu’elle sĂ©lectionne les fringues, qu’elles shootent. Elle n’a pas le temps de faire le tour des popotes pour parler finances.

Leur association est d’autant plus originale qu’Ariane vit Ă  Bordeaux et Camille Ă  Paris. Une distance qui les a au final plus aidĂ© que ralenti. Cela les a forcĂ© Ă  diviser les tĂąches et leur a permis d’avancer trĂšs vite sur les sujets.

Ariane et Camille sont d’abord amies et comme beaucoup d’amies n’ont pas besoin de parler pour se comprendre. Pour autant, cette organisation n’empĂȘche pas la communication : elles Ă©changent tout le temps, tous les jours, week-ends inclus sur WhatsApp.

5. Trouver les trous dans la raquette

Comment Camille et Ariane ont-t-elles trouvĂ© l’idĂ©e 💡

D’abord, elles sont parties de ce qu’elles aimaient : le vintage et 10 ans de chine.

Puis elles ont identifié les problÚmes, les trous dans la raquette :

Le fast-fashion, c’est la 2ùme industrie la plus polluante au monde

Des magasins reproduisent en neuf des choses qui existent dĂ©jĂ  dans des boutiques vintage. C’est juste que ce n’est pas accessible parce que chiner ça prend du temps, c’est de l’énergie : il y a des centaines de boutiques un peu partout, c’est une vraie chasse aux trĂ©sors

Et la femme moderne n’a pas le temps de faire toutes les boutiques : boulot, mec, vie sociale, enfants

Il n’y a aucun endroit, rien en ligne pour chiner de maniĂšre simple, aucune boutique de rĂ©fĂ©rences qui arrive Ă  agrĂ©ger toutes les boutiques vintage de France

Le marchĂ© du vintage est fragmentĂ© : 15 000 vendeurs de seconde main Ă©parpillĂ©s, qui vivent pour leurs boutiques mais qui n’ont pas d’ouverture sur le digital

En partant de ces constats, elles se sont dit qu’elles pouvaient mettre une brique digitale entre ces clientes et ces vendeurs : un site internet qui marche, avec des stratĂ©gies digitales et marketing qui fonctionnent.

Elles allaient devenir le Farfetch de la fripe !

6. Produit First

Au moment de l’interview, Imparfaite avait 27 k abonnĂ©s sur Instagram [vs 50,5 k aujourd’hui]

Sans aucune stratĂ©gie d’acquisition !

Leur croissance a été organique, que du bouche à oreille.

Comme quoi, pas besoin de grosse cavalerie au démarrage.

Leur parti-pris a Ă©tĂ© de se focaliser sur le produit et l’expĂ©rience client : « Il y aura personne qui parlera mieux de nous que nos clientes satisfaites. Il faut faire en sorte que chaque expĂ©rience, chaque ouverture de boite soit un dĂ©lice pour qu’elles en parlent et postent sur les rĂ©seaux sociaux pour nous »

Le seul endroit oĂč elles prenaient la parole : le chat client pour obtenir des feedbacks permettant d’amĂ©liorer le produit et la satisfaction client.

📚 La liste de lecture de Camille
From O to 1 – Peter Thiel
Hooked – Nir Eyal
The Lean Startup – Eric Ries
Delivering happiness – Tony Hsieh
Mindsets – Dr Carol S. Dweck
La semaine de 4h – Tim Ferriss
The Social Brand – Huib van Bockel
The Small Giants – Bo Burlingham
Good to Great – Jim Collins

Voilà, c’est fini !

Si cette newsletter vous a aidĂ©, merci de la partager 🙏

N’hĂ©sitez pas Ă  me faire vos suggestions et vos feedbacks en rĂ©pondant directement Ă  cet email.

Enfin, pour Ă©couter le podcast en entier : Inscrivez-vous sur iTunes – Inscrivez-vous sur Spotify – Inscrivez-vous sur Soundcloud

Avant de se quitter, une citation de Camille : « Il suffit d’y croire, il suffit de te lancer, il suffit de mettre un pied devant l’autre. De toute façon, Rome ne s’est pas faite en 1 jour, Amazon ne s’est pas fait en 1 jour, n’importe quelle boite ne s’est pas faite en 1 jour. Tu commences petit, tu mets un pied devant l’autre, tu apprends tous les jours, tu vas te planter des milliards de fois, ça va faire mal, ça va ĂȘtre compliquĂ©, l’idĂ©e c’est de pas baisser les bras, c’est de continuer, continuer, continuer, continuer, continuer, et Ă  un moment ça marchera » đŸ’Ș

À trùs vite 😉
Adrien

PS : si cet e-mail vous a été transmis et que vous souhaitez vous inscrire, cliquez ici.

 Recevez la newsletter directement dans votre boßte mail


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *